La semaine tire à sa fin et déjà, je vois mon compagnon qui me fait un  clin d’oeil de retour, mon pack sac.

Depuis mon arrivée aucun mot ne voulait se coucher sur mon clavier. Chaque jour était pareil. Acrobatie de la page blanche à la français, mais avec du bon vin, pas d’la piquette excusez pardon…

Aujourd’hui, je n’ai aucun thème en tête. Aucune affiche grand format pour cette chronique d’une angoissée en cavale, le film n’a pas besoin de promotion édition couleur. J’ai simplement attendu “The end” à la fin du film, ce roadtrip pour m’inspirer.

Ce voyage fut le meilleur exercice de lâcher-prise. La fin d’un cycle et revenir à la maison. 
Constater que tout est éphémère et que chaque situation doit se munir d’un l’allé simple plein humilité.

Dans les derniers mois, j’ai vécu plusieurs finales. Des projets qui devaient voir le jour, avortés par milles et une excuses de la vie. À trop vouloir, on oublie de se donner à soi-même, d’évaluer ce qui nous fait vraiment vibré, nos besoins réels quoi!

Ici en Provence, j’ai rompu avec une partie de moi-même, avec beaucoup d’amour. Rompu avec ce que je croyais, pour accueillir celle que je cherchais. Elle n’était pas si loin au final. Décidément, une belle réunion d’authenticité.

Vivre un Marseille suffocant dans un décor de lumières regorgeant de graffitis au bord de la mer, sans trop savoir. Soirée qui va longtemps couler dans mes veines par le contraste de mes besoins, dans le ”pas assez” et le ”trop plein”.
La force de ce voyage, les choses non-contrôlables qui rendent l’humain si humain. Accepter que, bien souvent, rien ne se passe comme vous l’aviez décidé, leçon sans formation accréditée. Cet article n’aurait jamais pu voir le jour en début de semaine. J’en prends conscience, l’acrobate des mots vient de comprendre. Je devais vivre pour mieux écrire.

 

  • Facebook

Je souhaite à chaque individu de vivre sa propre méditation, quelle soit rebelle ou non. Un repositionnement sans contrôle. Juste respirer et boire un café ou un grand crû en plein apres-midi, c’est comme vous voulez.

L’essentiel, se rappeler que peu importe les finals que vous aller côtoyer ou les voyages marquants, soyez artisans d’espaces pour accueillir le trop comme le pas assez. Accumulez des expériences dans votre sac banane pour le plus important trip, votre vie.

N’oubliez pas d’être soyez fous, juste pour vous, sans autorisation!!!

Signé, votre rebelle qui vient d’arriver, pack sac à peine déposé.

Share This