Seule dans les rangées d’un magasin de grande surface, mon endroit préféré (sarcasme, je disais). Étrangement, cette place fut une véritable thérapie en ce mardi soir. Parcourant les rangées nouvellement ornées de sapins synthétiques, écoutant ce fameux jingle bells repris par trop de monde, dont moi-même lors d’une soirée karaoké douteuse, je m’en confesse.

Je me sens étrangement assez zen pour le lieu. Comme si je venais de gagner des vacances à Honolulu. Personne dans les rangées désertiques. J’essaie de me remémorer la dernière fois que j’ai ressenti cette paix intérieure. Impossible, même dans un centre de massothérapie et bains nordique.

De rayon en rayon, mon mental se fait aller, mais je reste tout aussi relaxe. Je repense à mon syndrome de la page blanche qui ne m’a pas quittée depuis l’Europe et je l’assume. Je pense aussi à la fête à mon fils, qui arrive à grand pas, comme si j’étais surprise à chaque année de cette tâche parentale, qui, on va se le dire, est légèrement ingrate, mais quelle satisfaction de voir mon enfant heureux me dis-je. Tout en faisant l’inventaire de ma check-list personnelle dans ce méli-mélo de lâcher-prise et de confusion féminine, je m’arrête devant les tasses à café. L’une d’elles capte mon attention. Moi qui carbure à la caféine format grand bol, je trouve le récipient parfait. Il est inscrit ‘’fluent in sarcasm’’. Je suis partie à rire, voyant un signe de l’univers et de son humour légèrement unique et douteux.

  • Facebook

Combien de fois dans nos vies avons-nous manqué d’auto dérision envers nos réactions, devant certaines personnes. Chaque humain doit reprendre le contrôle de sa propre baraque intérieure. Briller de sarcasme et faire un pied de nez à ce vide sous nos pieds. Je n’ai aucune idée des projets qui m’attendent pour 2020. Je repousse encore la date définitive d’un changement que je caresse. ‘’Why not la rebelle’’, prend un bol de café dans ta superbe tasse et avale une bonne gorgée de sarcasme.

Cheers à tes peurs ma chérie.

En ce mardi soir peu banal dans les allées d’un super marché américain, je quitte en imaginant une soirée de femmes se moquant ensemble du concept de lâcher-prise dans nos vies, de pouvoir enfin, sans masques ni barrières, célébrer notre féminin semi-assumé, totalement sacré sans jugement. Parce qu’au final nous sommes toutes pareilles sur ce tremplin perché très haut de nos vies modernes.

Finalement, à bien y penser, un projet venait peut-être de naître entre la rangée les ustensiles et des tasses à café. De la pure magie, j’ose espérer. Je vous tiens au courant.

Une petite question avant de terminer, ‘’quel miracle désirez-vous manifester aujourd’hui ?’’ Ne sous-estimez jamais les signes de l’Univers et de son humour inattendu. Foutez-vous patience, permettez-vous d’être sarcastique avec vos peurs, vos attentes (ou votre voisin, c’est vous qui savez) avec beaucoup d’humour, il va sans dire !!

Respirer, longez les allées et souriez.
Votre rebelle en direct du Walmart, le panier rempli de gratitude

Klodhyaa

Share This