Si on écoutait les couples qui sont ensemble depuis longtemps. Si l’on questionnait nos aînés sur leurs histoires de cœur.. qu‘aimeriez-vous savoir?

Moi, j’vais vous dire. Si simple et embêtant, comme le yin et le yang, lâcher prise et tenir bon.
Comment ont-ils pris soin de leurs partenaires à travers le temps. Comment ont ils gardé l’étincelle d’amoureux quand le feu de partir leur brûlait les pieds et leurs valises jamais terminées, semi-assumées.

Dans l’ère moderne, tout semble plus facile. Les courriels qui sonnent à minuit, sans parler des fameuses applications mobiles qui donne un semblant de communication avec le monde scolaire de nos enfants, nous sommes si modernes, et tant qu’à y être, les relations humaines. Plus facile je disais? Pas vraiment

À trente-cinq ans, je suis un joyeux mix de générations. J’ai fièrement porté mon “walkeman” jaune sur mes hanches, écouter la musique Mister Vain, mes amis s’appelaient Caroline et je “frenchais” le Yanick populaire de l’école voisine (clin d’œil à mon premier chum). Dans les grandes découvertes de mon mix générationnel, j’allais oublier la découverte de l’ internet, quand Google rimait seulement avec le mot ”pringle” et où les sites de rencontres téléphoniques voyaient le jour..(confidence pour confidence, j’ai déjà fréquenté ce genre de réseau douteux à l’aube de mes dix-neuf ans) j‘assume, je suis REBELLE, non.

Plus facile, je disais. Pas vraiment. La vie va tellement vite. Nous prenons à peine le temps de saluer nos voisins, en tout cas, le mien. Par contre nous avons tous cette capacité, à cru, d’accepter de nouveaux contacts facebook . Tous doués à mettre nos valeurs a rude épreuve quand cette personne du sexe opposé vous écrit ”bonne journée”. Une connaissance ou la magnifique jeune femme qui travail avec votre conjoint commençant à le complimenter d’avoir retrouvé sa forme, celle de c’est vingt ans. Baliverne. Qui n’est pas réceptif à recevoir un peu l’attention, mais je pense sincèrement que cette douance voile un problème d’amour-propre et de facilité à combler un certain désir. L’enjeu ici, c’est la capacité à communiquer avec des individus, mais jamais vraiment avec l’humain qui partage la même adresse que vous. Quand est-ce la dernière fois où vous avez complimenté votre partenaire de vie ? Moi, je me confesse, il y a toujours un peu d’humour noir dans cette action. Je devrais lui dire plus souvent qu’il est encore beau pour son âge (impossible de ne pas faire dans le sarcasme, je m’en confesse.)

Sérieusement qui n’aime pas se faire dire qu’il ou qu’elle est encore plaisante à regarder, oubliant la fameuse chanson de la routine qui tourne en boucle dans votre tête. Les mêmes accords sans rebondissements en souhaitant ce compliment qui ne viendra jamais, d’une sortie, un souper improvisé. Vous vous rappelez de la fameuse valise jamais terminé, semi-assumé. Prenez le temps de vivre un amour véritable avec vous-même, de vous questionner si vous êtes toujours heureux entre ses murs joliment décorés de souvenirs, si vous semblez vibrer encore dans cette relation, souvent à sens unique.
Donnez ce que vous voudriez recevoir avant qu’il soit trop tard et que cette valise soit finalisée, sans humour noir. Pour le reste à vous de choisir la fin ou la continuité. 

Je m’incline devant vos confidences, mon walkman jaune et Mister Vain, à la technologie qui va nous rendent meilleurs par nos erreurs et à toutes les valises semi-terminées quoi.

Je vous laisse pour mon café matinal et vous invites à méditer sur cette réflexion un peu rebelle.

Klodhyaa

  • Facebook
Maman, amie, amoureuse, ma plume m’emporte souvent ailleurs, dans mon monde de méditations rebelles.

Je partage mes états, je vous confie mes réflexions et mes petites révoltes intérieures (ou parfois extérieures)! Suivez-moi!

Klodhyaa

XXX

Share This