Croyez-vous aux amitiés gars-fille ? Pour ma part, certainement. Malgré tout, je vais vous faire plonger dans ma tête, un certain soir, où j’ai douté royalement du concept, le cœur un peu confus. Je vous invite à méditer sur le sujet. 

Je suis revenue de chez toi, deux heures de route furent nécessaires. Ma tête luttait contre le sommeil qui faisait rage, notre amitié dans un verre d’eau. Ma pauvre tête qui tentait de comprendre ce qui venait de se passer. Étrange sensation d’incompréhension. Arriva cette conclusion, juste avant le coup de minuit, ce coup de roue qui me réveilla sur cette route enneigée.

Un jour, tu rencontreras le grand frisson, une belle âme non torturée. Un jour, elle sera plus grande que nature, jamais sur la pointe des pieds. Tu feras n’importe quoi pour laisser le temps mourir dans ses bras. Tu la regarderas comme jamais elle n’aura senti le regard d’un homme posé sur elle.

Jamais elle ne s’enfuira, telle cendrillon en panique regardant le pendule de sa vie. Elle ne jouera pas avec ton cœur en se transformant en ce qu’elle n’est pas. Ses yeux lumineux, ce don qu’elle a d’apprécier la beauté qui l’entoure, en chaque nature humaine, elle te verra.

Un jour, tu trouveras refuge au pays de son corps sans passeport. Son amour guérira ton cœur impatient. Ça ne sera pas facile, mais tu trouveras le courage de vivre cette belle rencontre d’âme sans armes, sans coups ni blessures.

Je peux t’affirmer, jamais cette fille formidable ne me ressemblera. Je n’ai jamais été douée pour les adieux. J’ai toujours pensé qu’ont fini par s’habituer à se faire du mal, mais jamais à ceux qu’on aime, nos amitiés, la nôtre. Il y a eu erreur sur la personne, sur le temps. La conclusion, nous la connaissions d’avance. Tu étais mon ami, mon confident, tout simplement.

Comme n’importe qui, j’ai mes défauts et souvent, j’aligne mal mes mots. Je suis meilleure pour écrire, tu le sais. Tu trouveras dans ce texte tout ce que je n’ai pas su te dire. Malgré mes accords malhabiles et ma maladresse, je t’aime mon ami et n’oublie pas, tu trouveras.

Pas toujours facile, me direz-vous, quand l’amitié revêtit les habits de sentiments nouveaux. Je vous invite à méditer sur vos relations amicales avec le sexe, opposé sans jugement. Avec le temps, les amis changent, comme nos émotions. L’amitié demande beaucoup d’efforts. Avouer, demande beaucoup de courage. Hommage à ceux qui osent, et à ceux qui ne savaient plus quoi répondre, comme moi un certain soir, où j’ai douté royalement du concept de l’amitié gars-fille.

 

Tu trouveras!


Klodhyaa

  • Facebook
Maman, amie, amoureuse, ma plume m’emporte souvent ailleurs, dans mon monde de méditations rebelles. Je partage mes états, je vous confie mes réflexions et mes petites révoltes intérieures (ou parfois extérieures)! Suivez-moi! Klodhyaa XXX
Share This